Maman imparfaite

3.05.2019

Il y a deux semaines j’ai complètement craqué. Je n’avais plus aucune patience avec mon Loulou. J’avais besoin de le poser alors que lui avait besoin de moi. J’avais besoin d’espace et plus les minutes passaient plus je me tendais alors que j’essayais de m’apaiser. Plus je me tendais plus Loulou s’énervait… Bref la boucle infernale dont j’avais conscience mais que je n’arrivais pas à quitter. Je culpabilisais en plus de ne pas arriver à avoir le comportement idéal que je souhaitais avoir. Quand mon chéri est enfin rentré j’ai pu lui laisser notre bébé et je suis allée courir 10 minutes pour évacuer toutes cette pression négative accumulée. C’est durant cette course à pied et ce moment de réflexion que j’ai eu envie d’écrire cet article.

J’ai eu envie d’écrire cet article parce que j’étais en train de culpabiliser de ne pas arriver à être  la mère parfaite que je souhaite être : toujours disponible pour son enfant avec une approche bienveillante et toujours positive tout en arrivant à se dégager du temps pour pouvoir s’occuper des tâches ménagères et avoir des moments à moi pour pratiquer mon Yoga puis plus tard retourner courir… Sauf que pour faire ça il faut ne pas beaucoup avoir besoin de dormir/avoir des journées qui durent plus de 24h/avoir un bébé peut demandeur/ne pas allaiter (et encore je n’en suis pas certaine)/avoir des supers pouvoirs… Je vous laisse compléter la liste. Tout ça pour vous dire que je n’arrivais jamais à faire tout ce que je m’étais fixée et pour quelqu’un comme moi qui a du mal à lâcher prise c’est très dur à accepter.

20190423_115821.jpg
Maman fatiguée

C’était d’autant plus dur que les réseaux sociaux ont tendance à nous renvoyer une image parfaite des mamans modernes qui gèrent sur tous les fronts et j’avais également l’impression que mes amies mamans autour de moi, étaient certes fatiguées, mais semblaient vivre une vie « normale » tout en gérant parfaitement la parentalité. Pourquoi tout le monde y arrive sauf moi ?

10 minutes de courses à pied ce n’est pas très long mais ça m’a suffit pour faire le point, prendre du recul (non les réseaux sociaux ne sont pas la réalité) et accepter les choses comme elles sont. Accepter que non je ne peux pas gérer sur tous les fronts. La priorité c’est une relation sereine avec mon Loulou et c’est ok si je ne peux pas finir d’étendre le linge dans la minute, c’est ok si je ne peux pas finir ma séance de Yoga, c’est ok si je répond à ce mail plus tard et encore ok si je décale la balade prévue au lendemain. C’est également ok si je demande de l’aide à mon chéri. Parce que dans cette nouvelle histoire familiale je ne suis pas seule et lui aussi à sa place. S’épauler, dans un sens comme dans l’autre, c’est important et il faut accepter de demander de l’aide.

20190404_140914.jpg
La victoire d’être allé promener à plusieurs

Cela m’a beaucoup aidé de discuter avec mes amies mamans d’enfants plus ou moins âgés. Finalement je me suis vite rendue compte que j’avais de fausses représentations de ce qu’elles pouvaient vivre. Elles aussi ont eu du mal au début et ne faisaient pas grand chose à part s’occuper de bébé. Alors non ce n’est pas moi qui suis nulle de ne pas arriver à tout gérer. C’est juste NORMAL !

Depuis cette « crise » ça va beaucoup mieux. Psychologiquement je veux dire. Je n’ai toujours pas le temps de finir tout ce que j’ai prévu de faire dans une journée et je l’accepte afin d’être disponible quand mon Loulou en a besoin. Tout n’est pas rose et certain jour c’est même très difficile à cause de la fatigue. Mais arrêter de culpabiliser m’a enlevé un énorme poids. Faire part de mes difficultés et de mon « mal être » à mon chéri m’a également beaucoup aidé. Il sait m’apporter le soutient dont j’ai besoin et je lui en suis très reconnaissante.

Je tenais vraiment à écrire cet article car non mesdames et messieurs vous n’êtes pas seuls à galérer dans l’apprentissage de votre nouveau rôle de parent !

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à le partager, j’espère en tout cas qu’il pourra vous aider à accepter les difficultés sans culpabiliser.

2 commentaires sur « Maman imparfaite »

  1. Merci Sophie, pour ton article ! Ça fait du bien de lire tes mots. Tout simplement parce que nous sommes dans le même bateau. Et que moi aussi je me rend compte de toutes ces choses… pas facile de lâcher prise et de se détendre avec cette idée mais tellement essentiel finalement.
    Bises
    Mélissa

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s